Aller au contenu

Tim

Temps de lecture : environ 3 minutes

A peine arrivé, avant même de déballer ses cartons, il avait sorti la petite plaque en plexiglas de sa poche poitrine et l’avait essuyé amoureusement avec un pan de sa chemise. Il avait retiré le bout de papier collant à l’arrière et l’avait posé délicatement sur le chambranle de la porte.

« Tim MERLIN, Enchanteur
sorts, charmes et transmutations»

Y’a pas à dire, ça avait de la gueule.

Objectivement, il trouvait qu’il était plutôt bien installé. Un bureau avec des tiroirs, une chaise confortable, un fauteuil où s’enfoncer juste ce qu’il fallait, une bibliothèque, un chaudron. C’était parfait. Il avait aménagé une petite salle d’attente dans l’entrée, au cas où la clientèle se bousculerait et mit des rideaux de velours épais aux fenêtres dépourvues de volets.

Juste avant de disparaître, son maître lui avait laissé son grand livre de mage. Il lui avait seulement recommandé d'en faire bon usage. Toutes ces années à apprendre par cœur des milliers de sorts complexes alors que tout était écrit noir sur blanc dans le bouquin du vieux ! Il allait enfin pouvoir le feuilleter à loisir et, qui sait, peut-être y découvrir de nouveaux enchantements !

Il s'installa confortablement et se mit à tourner les pages. Il connaissait déjà pratiquement tous les sorts. Parfois une page le faisait sourire, ici il se rappelait le mal qu'il avait eu à attraper une souris, là il se remémorait la longue nuit passée à mélanger la potion en utilisant un sort qui créait du vent.

Une page attira son attention. Elle ne comportait qu'un glyphe, aux arabesques compliquées et aux astérismes multiples. Cela ne lui disait rien. Il n'y avait aucun titre, aucun mot, il se demanda ce que cela pouvais bien représenter. Il attrapa son smartphone et prit une photo pour l'étudier à loisir.

Il tournait la photo dans tous les sens. La rétrécissait. L'agrandissait. Sous un certain angle cela faisait penser à un chat. S'il l'orientait différemment c'était plutôt un cul de lampe. Dans tous les cas, il ne comprenait toujours pas sa signification.

Il entrepris d'ouvrir le dernier carton. Celui avec les cahiers du vieux. Il passa deux jours et deux nuits à déchiffrer la calligraphie minutieuse et minuscule de son Maître dans l'espoir d'y trouver un indice. Beaucoup de ses carnets étaient remplis de notes sur des recettes d'élixir les plus divers. Ça allait du remède contre le rhume des foins à la potion pour retrouver ses clefs de voiture. Mais sur le glyphe mystérieux, rien.

Il commençait sérieusement à perdre espoir. Il prit le dernier cahier. Dépité il commença par feuilleter par la fin, puis il reprit plus consciencieusement depuis le début.

Soudain il le vit, dans la marge, en page 3. Indiscutablement c'était exactement le même dessin. En plus petit et orienté différemment, mais c'était bien lui.

Il déchiffra les mots qui l'entourait. Ça ne ressemblait pas à une recette de potion. Ce n'était pas non plus des incantations. C'était plutôt des sortes d'instructions, un peu comme la notice de montage d'un meuble IKEA.

Il ne comprenait pas pourquoi ça ne fonctionnait pas. Il avait retourné le glyphe dans tous les sens, testé toutes les possibilités et pourtant rien à faire, ça ne marchait pas. Il ne se passait rien, strictement rien.

Il sortit prendre l'air dans la courette. Il n'y avait plus de courette. L'immeuble en face n'existait plus. Il se retourna et regarda, incrédule, les maisons dévastées, les animaux morts, les véhicules rouillés. Et il comprit ce qu'avait fait le glyphe.


La BO de Tim :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: il ne faut pas regarder à travers la fenêtre