Aller au contenu

Boris

Temps de lecture : environ 5 minutes

Dans un monde moyenâgeux Ou les Orques déciment les Humains Découvrez le fabuleux destin de Boris Seigneur Guerrier de LeüJ-HĕuUn vent brûlant balayait la grande plaine désertique de LeüJ-Hĕu, les cris de douleur des armées humaines et les grognements féroces de sa horde d’orques entouraient Boris.
Il acheva un jeune fantassin, qui avait eu le malheur d’essayer de s’en prendre à lui, d’un coup de son énorme gourdin taillé d’un bloc dans le tronc d’un chêne de la Forêt obscure.

Il se tourna à l’ouest, l’ombre de trois chevaliers dont les destriers étaient lancés à pleine vitesse, se dirigeait vers lui.
Même sans avoir de monture, il les surplombait de deux têtes, il pensait avoir facilement le dessus dans son combat contre eux.
Il saisit son gourdin à deux mains le faisant tournoyer tout en poussant un grognement sonore.
Alors qu’ils arrivaient sur lui son arme les balaya ; une fois de droite a gauche, puis retours. Des os craquèrent, une tête vola, un des chevaux tomba et roula écrasant son cavalier dans un bruit fracassant. L’armure se compressa et les organes éclatèrent, dans un « pop » un peu comme quand on presse trop sur la carapace d’un cafard.

Soudain,fut un grand silence.
L’armée humaine avait été décimée.

Boris le Purulent, Grand Maître de guerre des royaumes orques, et sa horde avaient vaincu.

De sa voix profonde et caverneuse il grogna ses félicitations à ses guerriers.

Tout à coup, dans le ciel apparurent des nuages, de puissants éclairs commencèrent à percuter le sol vitrifiant le sable de la plaine à chaque impact.
Puis le son d’un cor raisonna, semblant venir de toutes part.

Boris sourit de tous ses crocs.

Depuis qu’il avait commencé à guerroyer, tout d’abord comme simple soldat des hordes Orques, puis gravissant les échelons de la hiérarchie. Chaque orage magique avait été le signe d’une étape et d’une mutation. Un éclair vous touchait, puis vous vous réveillez, parfois plus tard, parfois dans un autre lieu, mais dans tous les cas beaucoup plus puissant.

Encore couvert du sang (et de quelques morceaux d’os et de cartilage de ses ennemis) Boris le Purulent regardait les éclairs s’avancer vers lui, annonçant un destin martial à nul autre pareil.
Il allait devenir le plus grand guerrier qui ai jamais arpenté les terres sacrées de LeüJ-Hĕu

Il mit un genou à terre, appuya ses deux mains contre le sommet de sa masse d’arme, baissa la tête et attendit.
Déjà les éclairs touchaient les premiers de ses guerriers et les pulvérisaient, les amenant vers d’autres lieux de combats, sous des formes encore plus puissantes et terrifiantes.

Il sentit l’éclair toucher le haut de son crane et le consumer.

Les dieux de LeüJ-Hĕu aller faire de lui le guerrier ultime. Il sourit une dernière fois.

Boris avait les yeux fermés il était dans cet état qui précède le complet réveil, sur sa peau il sentait une sensation étrange : quelque chose de doux.

C’était surprenant habituellement à son réveil il sentait le contact de la pierre, ou des gravillons froids de la plaine.

Là, au contraire, tout était doux, mou, confortable et chaud. Il sentit sur sa joue une brise douce, qui amenait une odeur de fleurs et des gazouillis d’oiseaux.
c’était vraiment trop étrange, il ouvrit les yeux.

Il était dans un lit, dans une pièce faite de grosses pierres taillées, un peu comme celles qu’il voyait dans les châteaux humains qu’il détruisait habituellement. Face à lui, une grande fenêtre s’ouvrait sur un ciel sans nuages.
Si je suis dans un château humain, je ne suis pas en sécurité. pensa-t-il. il se leva d’un bond et se précipita à la fenêtre pour évaluer la situation.

À ses pieds se dressait un village, il était dans une tour, en bas se tenait, un jeune homme avec un chapeau ridicule, des bas de chausses moulants et un luth.
Il leva la tête vers lui et lui adressa un large sourire, et une œillade.
Il saisi son luth, y plaqua quelques accords et commença a entonner une balade d’une voix douce.

« Ho gente fillotte,
à la fenêtre si haute,
mes yeux vous voient et croient réver-ée-ée
(avec des trémolos dans la voix)
Ho gente noble fille de la haute,
je te devine accorte
désirant être aimée-ée-ée
(avec des trémolos dans la voix)
Ho ma dame, attendez-moi
Je vais vous quérir de ce pas...»

Boris n’y comprenait rien il se retourna, et face à lui il vit une donzelle, dans une chemise de nuit en satin rose qui le regardait ébahie. Au moment ou il allait dire « Par les dieux de LeüJ-Hĕu » il vit les lèvres de la fille, qui avait l’air aussi interloquée que lui, se mettre bouger.

Et quand les mots « Par les dieux de LeüJ-Hĕu » sortirent de la bouche de Boris, ils le firent dans un délicieux gazouilli.

Il mit sa main devant sa bouche, la damoizelle fit de même

Ho Merde!
il n’y avait pas de jeune fille,
il y avait un miroir,
Il était la jeune fille!

Boris le Purulent était une espèce de jeune gourdasse noble et... humaine.
Terrifié il se retourna à la fenêtre.
Il maudit les dieux, qu’est ce que c’était que cette mutation de merde !
En bas l’autre andouille finissait sa chanson

« … Belle Dame cesse d’attendre,
Je vais venir et te faire descendre,
Je te promets d’être tendre,
Mais ce soir qu’est-ce que tu vas prendre-e-e !
(avec des trémolos dans la voix et un regard passablement lubrique)

Puis il jeta son luth, sorti un grappin du sac à ses pieds, le fit tournoyer et le lâcha.
Il alla s’agripper à la corniche au-dessus de la fenêtre de Boris.
Après avoir testé la solidité de sa prise, le damoiseau s’élança et en quelques bonds gravi le mur jusqu’à la fenêtre

Il saisi Boris, qui eu la sensation de n’être qu’un fétu de paille.
Il se débâti, mais l’autre se pencha vers lui et l’embrassa goulûment
horreur ! un humain l’embrassait, c’en était trop. L'ex-chef de guerre orque s’évanouit.

Quand il reprit ses esprits, la nuit était tombée, il était allongé sur une couverture dans une clairière près d’un feu de camp.
Le ménestrel se dressait devant lui dans son plus simple appareil...
et il semblait bien que les derniers vers de sa ballade, recelaient une terrible vérité.

Boris Hurla (avec des trémolos dans la voix), mais au fond des sombres forêts de LeüJ-Hĕu seul les hurlements des loups lui répondirent.

Rapport de bug #3304 : il semble que algorithme d’évolution dysfonctionne, en effet la mutation suivant "Grand Maître de guerre des royaumes orques"  renvoie vers le personnage de "la princesse captive" du niveau 4 - (remonté par beta-testeur404)

Rapport de bug #3305 : il serait souhaitable de voir avec l’équipe des musiques du jeu si on ne peut pas changer les paroles de la chanson du ménestrel « la quête de la gente dame » en effet certains propos pourraient amener le classement en PEGI+16 - (remonté par beta-testeur404)

Le beta testeur 404 de déconnecta de sa session et quitta son bureau.


La BO de Boris :

2 thoughts on “Boris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: il ne faut pas regarder à travers la fenêtre