Aller au contenu

Elle ouvrit les yeux, il faisait froid. Elle se demanda quel jour on était. Samedi ? Dimanche ? Lundi déjà ?
Elle glissa sa main dans son sac de couchage pour y prendre son smartphone, il était 7 heures du mat, samedi. ...continuer la lecture de "Alice"

Montmartre - étude : studio - Paul Signac, 1883
Montmartre - étude : studio - Paul Signac, 1883

« Bonjour Balthazar et Fils à votre service.

Très certainement madame.
Nous gérons tout "de la mise en bière à la dernière pelletée de terre," si vous me permettez l'expression.

Mais bien sûr, je comprends tout à fait.
Oui
Mmmm oui...

Nous proposons effectivement ce service mais comme vous avez dû le lire sur notre brochure, il y a des conditions bien particulières à remplir.

Oui. Tout à fait. Et vous me dites que la mort est... imminente ? Et bien c'est parfait chère madame, nous pouvons donc nous organiser.

Je veux dire que nous proposons un traitement assez révolutionnaire qui permet une conservation durable mais le procédé prend un certain temps et le coût est certain.
Nous proposons également une formule low cost, tout à fait fiable et perenne mais dans laquelle nous ne cryogénisons que la tête. A vous de choisir dans quelles conditions vous souhaitez faire voyager votre époux, si je puis m'exprimer ainsi.

Très certainement.
Nous utilisons les dernières avancées en matière de cryogénisation des corps. Une fois le corps placé en cuve pour l'éternité, si vous me passez l'expression, nous l'installons dans une chambre de stockage.
Bien évidemment vous pouvez venir le visiter quand bon vous semble.

Non madame, ce n'est pas vitré. Une plaque est apposée devant chaque chambre reprenant le profil et la photo du défunt, enfin je veux dire de votre heu... époux dans notre cas. Certes, il y a un petit côté Facebook, mais ça plaît.

Évidemment vous avez noté qu'il fallait nous régler dès signature du contrat et que nous prenions les paiements à l'avance et heu... Vous avez déjà retourné le contrat signé et nous faites un virement immédiatement ? Je vais regarder si je trouve votre dossier... Ne quittez pas....

Parfait. Je vous propose de contacter l'hôpital où votre conjoint repose afin de...
Ah vous préférez que nous prenions rendez-vous. Mais c'est à dire que le décès est rarement prévisible. Si ? Et bien dans ce cas, mardi en huit, 15h... chez vous... heu... c'est un peu curieux... heu je veux dire c'est parfait. A très bientôt madame. »

« Ne pars pas. dit elle.

— Il le faut, si je reste, tu vieilliras près de moi, et tu finiras par m’en vouloir.

— C’est faux, je t’aimerai jusqu’au dernier jour.

— Tu dis ça aujourd’hui, mais quand le temps aura passé, quand les rides de ton front se seront creusées, tu m’en voudras. Je dois partir. »

Elle le regarda, il semblait calme et plein de détermination. Il semblait aussi si jeune. ...continuer la lecture de "Rachel"

Mon cher Bertin,

J'ai appris par le courrier mensuel de l'Institut de mai dernier que vous aviez émis une hypothèse sur la fonte des derniers glaciers sibériens qui rejoint les thèses que notre petite équipe étudie ici. ...continuer la lecture de "Henri"

Le soir où ils avaient décidé de quitter Rennes pour s’installer à la campagne, Julien lui avait dit.

— de toute façon pour moi ça ne change rien je peux bosser n’importe où ! et il avait rajouté. En plus le soir tu pourras regarder les étoiles sans les lumières parasites de la ville, tu m’as toujours dit que tu aimerais prendre à nouveau du temps comme tu le faisais avec ton père quand tu étais gosse.

Et elle avait dit oui. ...continuer la lecture de "Luna"

error: il ne faut pas regarder à travers la fenêtre